Merahi metua no Tehamana (Tehamana Has Many Parents or The Ancestors of Tehamana)

Les ancêtres de Tehamana (Tehamana a plusieurs parents ou Les ancêtres de Tehamana)

1893 Paul Gauguin Format original : 75 × 53 cm (29 1/2 × 20 7/8 in.) © The Art Institute of Chicago

Paul Gauguin : Les ancêtres de Tehamana (Tehamana a plusieurs parents ou Les ancêtres de Tehamana)
Voir l'image originale HD
Paul Gauguin a voyagé dans la France rurale puis à l'étranger à la recherche d'inspiration pour son art. Sa quête mena l'ancien agent de change dans les régions françaises de Bretagne et de Provence, au Panama et en Martinique, et enfin à Tahiti et aux Marquises dans le Pacifique Sud. Ce portrait majestueux de la jeune vahine (amante) tahitienne de Gauguin, Tehamana, est peut-être un adieu, puisqu'il a été peint peu de temps avant que l'artiste ne quitte l'île, revenant en France pour deux ans. Habillée avec soin, les cheveux décorés de fleurs, Tehamana est assise devant un mystérieux fond peint rappelant une frise sur le mur d'un ancien palais ou temple. Deux mangues mûres – peut-être une offrande ou un symbole de fertilité – reposent à côté de sa hanche. Elle pointe un éventail, emblème de la beauté, vers la figure tout aussi frontale d'une déesse, qui porte également une fleur rouge dans ses cheveux. L'éventail, les fleurs, les fruits et même le regard de Tehamana suggèrent non seulement le lien fort et énigmatique entre ces deux figures mais aussi les liens entre le présent et le passé, le corporel et le spirituel, et les vivants et les morts.
Voir la page de 'Merahi metua no Tehamana (Tehamana Has Many Parents or The Ancestors of Tehamana)' de Paul Gauguin sur le site The Art Institute of Chicago