Se connecter Mot de passe passe oublié ?
Pas encore client ? Créer un compte

Reproductions d'œuvres d'Eugène Delacroix

Eugène Delacroix est un artiste français du XIXème siècle. Connu pour être un peintre dont l’Etat a commandé les services (il peint des événements historiques comme La Liberté guidant le Peuple, son oeuvre la plus connue), il n’est pas moins productif à titre personnel. Son style romantique, marqué par un jeu de couleur et des thématiques exotiques rendent l’artiste singulier. Nombre de ses tableaux prennent source dans son voyage au Maroc, entrepris en 1831. Par exemple, on peut imaginer l’influence de cette expérience dans Cavalier arabe attaqué par un lion (1849-1850), que nous proposons à la reproduction.

Une référence du romantisme

Eugène Delacroix est l’un des artistes romantiques les plus connus. Au même titre que Théodore Géricault ou encore Caspar David Friedrich, il accentue les traits tirés de son imagination et ses sentiments plutôt que sa raison et sa morale. Caractéristique de ce mouvement, il laisse également place à l’exotisme, que l’on retrouve massivement dans notre sélection (animaux non européens, portraits de personnes étrangères, scènes se situant loin de France, etc). Si son oeuvre la plus connue est indéniablement La Liberté guidant le Peuple, certaines autres n’en sont pas moins impressionnantes. Une autre de ses toiles les plus célèbres est par exemple Chasse au Lion, 1860-1861. Ce tableau, que nous proposons à la reproduction en haute qualité, est un bon mélange de ce que propose Eugène Delacroix. En terme thématique, on y retrouve une scène réaliste, probablement inspirée de son voyage au Maghreb. En ce qui concerne la technique, plusieurs éléments sautent au yeux : un souci du détail au sein de l’action, de superbes sujets en plein mouvement ainsi qu’un jeu de couleurs et un choix audacieux de tons. Contrairement à son homologue Jean-Auguste-Dominique Ingres, avec qui il est en concurrence toute sa carrière, Delacroix marque l’art par sa faculté à manier les couleurs et les mettre en relation avec force et unité.

Une formation classique à la peinture

Eugène Delacroix passe les premières années de sa vie à Bordeaux et déménage lors de ses sept ans, à la mort de son père, à Paris. Dans la capitale, il étudie des auteurs classiques (Horace, Virgile, Voltaire) et montre des signes précoces de prédispositions aux arts. En 1815, son oncle le fait accéder à l’atelier de Pierre-Narcisse Guérin, où il développe son talent et fait la rencontre de son premier mentor : Théodore Géricault (de sept ans plus âgé). Delacroix ne se révèle pas être un élève brillant et échoue à la première partie du prix de Rome, par exemple. Plus globalement, sa formation, lacunaire sur le plan technique, lui coûte cher tout au long de sa carrière : les spécialistes regrettent que souvent, le peintre ne respecte pas des règles simples (comme le temps de séchage, par exemple) qui finissent par dégrader son travail (cela créant des craquelures et des trous sur ses toiles). Le style romantique de Delacroix apparaît à mesure que le peintre effectue ses premiers voyages. Ainsi, il part en Angleterre en 1825, où il rencontre des artistes localement (David Wilkie ou encore Thomas Lawrence). En 1831, il part pour le Maroc. Il s’agit de son plus lointain et plus long voyage. Cette aventure marque le peintre et est une source d’inspiration majeure pour Eugène Delacroix. On estime que plus de quatre-vingt de ses œuvres sont directement inspirées de ce voyage. Lui qui était d’habitude casanière y a vu de nouvelles choses, de nouvelles couleurs, de nouvelles perspectives. Cet exotisme apporte un vent de fraîcheur dans ses travaux.

Avant son voyage (il n’arrête pas après, mais cette production diminue), Delacroix, à l’image de ses prédécesseurs, peignait des sujets classiques. Par exemple, il voue quatre toiles à l’épisode religieux du Christ calmant la tempête, dont marepro.fr propose la plus connue : Le Christ endormi pendant la tempête, 1853.

Après ce séjour en Afrique, les thématiques se recentrent autour de la population arabe, ses animaux, les faits historiques s’y étant déroulé ou ses éléments de culture, etc. Par exemple, nous proposons le combat du Giaour et Hassan, 1826. Ce tableau fait référence à un poème romantique arabe dans lequel les deux protagonistes se battent pour le coeur de leur bien-aimée. En outre, on peut citer Cavalier arabe attaqué par un Lion, 1849-1850, mais les spécialistes expliquent que la fascination du peintre pour les animaux d’Afrique ne vient pas de son voyage mais de la fréquentation de la cour du roi de France, qui lui même possède ce type de fauves.

Un héritage impressionniste indéniable

Les dernières années de la vie d’Eugène Delacroix forment son apogée en terme d’art pictural. Ce sont ces dernières œuvres en particulier qui inspirent les générations futures d’artistes.

Son style, marqué par une maitrise particulièrement reconnue des jeux de lumière, est largement repris par ses successeurs. Selon les plus grands experts (notamment du début du XXème siècle), il serait un pionnier du divisionnisme des couleurs de l’impressionnisme. Les artistes s’inspirant de Delacroix sont nombreux et prestigieux : Vincent van Gogh, Edouard Manet ou encore Claude Monet. L’une de ses dernières grandes œuvres est la décoration de l’Église Saint Sulpice, à Paris. Dans un exercice qui a révélé les plus grands artistes depuis la Renaissance (Raphaël, Michel-Ange, Lebrun, Rubens), il montre toute sa maestria. En 1861, il réalise donc derrière lui l’un des plus beaux décors religieux jamais peint.